Les poèmes de claude

  
   AUX RETRAITES DE L'ARTISANAT
   L'ACCENT
   MA MUSE M'A DIT
   BONNE FÊTE MAMAN
   BONNE FÊTE PAPA
   LA RETRAITE
   VOYAGES AVEC LA FENARA
   J'AURAIS AIME
   L'ARTHROSE
   ETRE AGE OU ETRE VIEUX
   LA CROISIERE EN RESUME
   SALUT L'ECOLOGISTE
   JE VOUS LE DIS....AVEC DES FLEURS

   SUITE (2)

  
BOUQUET de VOEUX
   VOEUX 2016
   VOYAGE AUTOUR DES CHATEAUX
   MES VOEUX PAR LE CHANT DES OISEAUX
    JE SUIS UN MECREANT


   
 
  AUX RETRAITES DE L'ARTISANAT

  Sur le métier, vous avez acquis votre savoir,
  Sur le métier vous avez bâti tout votre avoir…
  Autodidactes, certainement, c’est à l’école de la vie
  Que vous avez, à force de labeur appris
  Les bases d’un travail, ce qui vous a permis
  Après maintes étapes, en débutant comme apprenti
  A devenir un très bon ouvrier spécialisé
  En tant que menuisier, électricien ou bien plombier !!!
  Avec beaucoup d’effort, vous avez réussi
  A monter votre affaire et vous avez grandi ;
  L’ouvrier modèle s’est transformé en artisan
  Comme un maçon, un charpentier ou commerçant…
  Vous n’avez pas connu les trente cinq heures d’aujourd’hui,
  Votre semaine terminait tard le samedi
  Et même le dimanche, pour établir vos devis,
  La paperasse sans oublier les factures aussi !!!
  Artisan, tout le savoir de ton métier, ton expérience,
  Tu l’as gagné dans tes efforts, ta persévérance
  A réussir, à bien gérer ton entreprise, ton affaire
  Sans subvention que l’état attribue eaux travaux de la terre
  Certains, pour acquérir plus de connaissance et de savoir
  Ont fait le tour de France comme compagnon du devoir…
  Ton entreprise n’a pas toujours été facile ;
  Tu as connu, des moments très difficiles
  Des intempéries, des arrêts de travail, des grèves malheureusement
  Malgré tout, tu as eu pendant ces mauvais temps
  Le support et l’aide de ta chère compagne,
  Ton épouse adorée, celle qui t’accompagne,
  Par ses sacrifices et toute sa volonté ;
  Elle est « Femme d’Artisan », ce titre mérité
  Pour t’avoir aidé, secondé, épaulé,
  Par son sens des affaires, ses conseils éclairés !!!
  Artisans, commerçants, retraités, profites des vacances
  Le pays, la France vous doit reconnaissance,
  Vous avez démontré lors de votre carrière
  Que c’est en travaillant qu’on assied ses arrières !!
  Car, pour faire du bon pain, il faut un boulanger
  Pour cuire des gâteaux il faut un pâtissier !
  Comment construire un bâtiment, une maison,
  Sans la contribution des artisans et celle d’un maçon…
  C’est là ma façon de vous féliciter
  Pour les travaux que vous avez réalisés.
  Je me permets d’ajouter un simple mot
  En l’honneur de tous les mécanos


     Retour


  L'ACCENT

  Il te fait rire mon accent, l’étranger ;
  A croire qu’à ton air, je ne cause pas français…
  C’est vrai, je prolonge mes mots, mais moi je les termine,
  Je n’oublie pas les syllabes, je prononce les rimes ;
  Je roule sur les R, j’ai des intonations,
  Mes histoires sont pleines de mes exclamations…
  Oh ! dis, mais tu souris en m’écoutant parler
  Toi dont le langage est un français parfait…
  Mais dans ton air, je vois un peu d’envi
  Même si dans ton sourire, il y a de l’ironie…
  Dis l’étranger, fais un peu attention,
  L’accent, il est comme la contagion,
  Tu risques de le prendre mais si tu sais l’entendre
  Il est comme la grippe qui sait si bien s’étendre,
  En écoutant chanter la tramontane,
  Tu sais, ce vent si fort qui couche les platanes
  Mais qui fait le ciel bleu que tu trouves chez nous
  L’Accent, c’est avec le Mistral, car il est un peu fou,
  Que tu peux l’attraper car il n’est pas très sage,
  Il fait même voler le sable de nos plages…
  Tu sais, cet endroit, où vous vous agglutinez
  Pour passer vos congés, lorsqu’arrive l’été…
  Mon Accent, c’est un coup de soleil qui va te transpercer
  Quand, sur l’heure de midi, tu t’étends pour bronzer
  Après t’avoir enduit la peau de beaucoup de pommade
  Pour la faire roussir, sur ton sac de baignade…
  Et nous, lorsque vous revenez que l’on voit votre dos,
  On pense que, sur nos plages, poussent des champs de coquelicots…
  Mon Accent, c’est avec les vagues qu’il arrive à la mer
  Elles le pose, en mourant, c’est toujours le même air
  L’une derrière l’autre, sans discontinuer
  Lorsque, sur le sable elles viennent pour s’échouer…
  Mon Accent, c’est à pétanque que tu vas le tirer,
  En prenant une boule qui te sert à pointer,
  Pour gagner le pastis ou même l’anisette,
  Après une partie jouée sur la placette…
  Ou quand tu iras dans l’arrière pays,
  Courir dans la garrigue, écouter tous les bruits
  Et le chant des cigales ou les cris des oiseaux
  Ou le rappel sauvage que lance le perdreau…
  Quand tu verras l’étendue de nos vignes,
  Du haut d’un mamelon ou bien d’une colline…
  Mon Accent, s’il se rapproche un peu de l’espagnol,
  N’oublie pas, qu’il fût celui de Pagnol
  Et que, si comme lui, il sait te faire rire,
  Permets quand même, que je puisse te dire,
  Que s’il n’est pour toi que l’Accent des vacances,
  Il est, surtout pour nous, celui d’une belle région de ton pays
                  « La France »

       Retour
    

 

      MA MUSE M'A DIT

     La muse qui s'amuse à m'éveiller losque je suis endormi
    M'a encore joué son tour, l'autre nuit....
    Elle m'a dit avoir rencontré le bon Père Nöel
    Sur un joli nuage, tout là haut, dans le ciel
    Sous un beau toit de Cathédrale
    Illuminé par des milliers d'étoiles
    Et que, sur ma demande, elle lui a commandé
    De vous offrir mes voeux, pour la nouvelle année...
    Des voeux qui, comme des perles de pluie peintes de bonheur
    Vont arroser vos corps et pénétrer vos coeurs;
    Des voeux qui, pareils à des flocons tout blancs
    Et tels des papillons qui dansent en tombant
    Vous apporte mes souhaits de Joie et de Santé...
    Que vos jours soient heureux tous les mois de l'année

    Qu'une gerbe de sourires enjolive vos pensées;
    Qu'un arc-en-ciel d'Amour vous donne la gaité,
    Qu'une féerie d'étoiles vous éclaire de tendresse
    Qu'une brise légère vous caresse de paix, d'allégresse
    Quel Bonheur, pour cette nouvelle Année
    De vous souhaiter mes voeux de Bonheur et Santé

       Retour



    BONNE FÊTE MAMAN

  Dans les premières pages du livre de ma vie
  Et, comme deux étoiles, au printemps, dans la nuit
  M’apparaissent, aujourd’hui, les yeux si tendres, si charmants
  Qui enjolivaient mes rêves, lorsque j’étais enfant…
  Je ressens la douceur du regard et toute la tendresse
  Qui pénétrait mon cœur de sa folle caresse…
  Si je ferme les yeux, je revois un visage
  Un berceau, un enfant, je revois cette image
  Comme tout un chacun doit le faire aujourd’hui
  En pensant à celle qui lui a donné la vie
  Qui lui a donné son sein, qui lui a tout appris
  Mais qu’il a dû quitter lorsqu’il s’est vu grandi ;
  Mais qu’il a dû quitter en perdant sa jeunesse
  Et la douce chaleur d’un foyer de tendresse…
  Si j’ai besoin d’écrire, ce soir, tout en me rappelant
  Mes souvenirs et mes rêves d’enfant,
  C’est afin d’exprimer tout ce que je ressens
  Que je vis, que je pense, c’est là mon sentiment.
  Si ces perles de pleurs viennent mouiller mes yeux
  C’est parce que je fais deuil de tous ces jours heureux
  Et si mon état d’homme retrouve un cœur d’enfant
  C’est pour mieux te souhaiter:
   « Bonne Fête Maman »

    Retour
 

    BONNE FÊTE PAPA

  Lorsque le calme gagne autour de moi, dans mon esprit,
  Ma mémoire s’amuse à remonter le temps à retracer ma vie.
  Elle dessine les gestes d’un tout petit enfant
  Que je revois courir, s’amuser, insouciant…
  Mais que j’entends répondre à l’appel d’une voix
  Vers laquelle il accourt, tout en tendant les bras.
  Te souviens tu, Papa, ton retour au bercail
  Après une journée, bien remplie, au travail
  Te souviens tu nos rires et les jeux inventés
  Auxquels tu te prêtais, avec complicité
  Ce qui faisait souvent dire à ma mère :
  « Quel est le plus gamin, le fils ou bien le père ? »
  Puis, mes retours assez mouvementés de l’école
  Quand, penaud, je t’annonçais quelques heures de colle
  Et que tu te faisais violence pour ne pas m’excuser,
  Pour me réprimander, faire preuve d’un peu de ta sévérité…
  Mais, quel plaisir, lorsque je t’informais
  D’une très bonne note, ta joie égalait ma fierté.
  En grandissant, par tes conseils, tu m’as donné cette confiance
  Que tu m’as inculquée, depuis ma tendre enfance.
  Ta présence, pour moi, c’est la sécurité
  Je sais que tu seras toujours à mes côtés
  Si le peintre de l’âge a blanchi tes cheveux.

  Il a aussi peint la joie dans tes yeux.
  Celle qu’on lit dans ton regard, ton expression,
  Lorsque tu peux nous réunir dans ta maison,
  Nid de notre famille qui rassemble aujourd’hui
  Ceux que tu as fait naître, qui te doivent la vie
  Qui sont présents, heureux de te dire avec moi
  Avec tout leur amour :
   «  Bonne Fête Papa »

   CLAUDE

     Retour



     La Retraite
 
  Se lever chaque jour à l’heure qui convient,
  Sans hâte se raser, vaguer à sa toilette,
  Faire, quand il vous plaît, un tour à bicyclette,
  Ou quelques mouvements de tonique entretient ;
 
  Ensuite aller quérir son “canard“ quotidien,
  Bavarder un instant avec qui l’on rencontre,
  Ne plus interroger la pendule ou la montre,
  Cultiver à loisir les fleurs de son jardin ;
 
  Des grands compositeurs savourer la musique,
  S’informe plus avant d’histoire et politique,
  Surveiller sa santé, contenter son esprit,
  Ecrire quelques vers pour le plaisir d’écrire,
  C’est ce qu’en peu de jours, retraité j’ai appris.
 
  Passer dire bonjour à ses anciens collègues,
  Visiter ses amis plus souvent qu’autrefois,
  Promener son épouse et même quelquefois,
  Aller au cinéma, à la bibliothèque ;

 
  Sur un rythme plus lent goûter sa joie de vivre,
  Avec philosophie confronter ses idées,
  Voyager plusieurs fois avant d’être ridé,
  Avec des retraités partager “Le Temps Libre“ ;
 
  Ordonner ses tiroirs, ranger ses étagères,
  Participer aussi aux taches ménagères,
  Ne forcer son ardeur à faire plus qu’on peut,
  Regarder tout son saoul la télé, si l’on veut,
  Se coucher aussi tard que l’humeur le souhaite,
  C’est bien réaliser : je suis à la retraite
 
      Gabriel ROUYRE 10/1983


     Retour



  VOYAGES AVEC LA FENARA

   Le voyage aux châteaux de la Loire
   Fut une réussite, vous pouvez bien me croire ;
   Nos pérégrinations vers Pézenas et le jardin d'Adrien
   Furent accomplies avec beaucoup d'entrain
   Je vous rappelle le bonheur des quelques jours passés
   Auprés des arlésiennes et des taureaux camarguais
   A la Couvertoirade le voyage fut court mais trés apprécié
   Tout cela nous a donné l'envie de bien continuer
   Lors de la traversé de la Corse nous avons aimé
   Le professionnalisme de Nicolas, le charme de l'île et toute sa        beauté
   L'ambiance de sympathie et surtout l'amitié
   Avec plein de chansons, d'histoires, de poésies et de gaieté
   Nous a donné l'envie d'aller vers la Suisse, l'Allemagne et le Tyrol
   Et ce matin là, trés tôt, nous avons pris le car des voyages Massol
   En cours de route sont montés des gens de Réalmont et les    Castrais
   Il nous tardait de voir si Bernard n'avait pas oublié
   De prendre dans ses bagages sa bouteille pleine de "périer"
   Après un arrêt pour le petit déj. et le déjeuner,
   Avec toujours une ambiance de joie et de gaieté
   Après le repas et pour bien terminer
   Nous avons entamé la bouteille de "Périer pousse café"
   La journée et le voyage se sont vite passés
   Aprés avoir fait une interessante visite guidée
   Chez la fabrique de cloche Pacard,
   A Interlaken nous avons pris nos quartiers pas trop tard.
   Le lundi, après une bonne nuit de sommeil
   Et un bon petit déjeuner pour le réveil
   Dans le magnifique massif de Jungfrau
   Nous avons fait la découverte de spectaculaires  chutes d'eau
   Pour gravir les côtes de cette montagne
   C'est un train à crémaillère qui vous accompagne
   pour un voyage spectaculaire au panaroma unique
   Bref, ce fût une journée vraiment magnifique...
   Le  mardi, c'est vers l'Allemagne que nous sommes allés
   Vers le lac de Constance, nous avons déjeuné
   Avant de découvrir le village médiéval de l'île de Lindau
   Son monastére bénédictin et ses magnifiques vitraux
   A ce sujet, au guide, on a fait remarquer sans gêne
   Qu'il manquait deux apotres sur le tableau de la cène...
   Un guide sympathique qui nous apprit que Napoléon III
   S'entraînait à tirer au canon pas trés loin de là...
   C'était dans la journée car, lorsque venait le soir
   Il tirait autre chose, c'était un vrai fétard...
   Le lendemain, c'est vers Munich que nous conduisait Nicolas
   A midi, nous avons dégusté un déjeuner bavarois
   Arrosé d'une bière blonde vraiment excellente
   Elle m'a régalé le gosier lors de sa descente
   Si la bière a abondemment arrosé le repas
   C'est un orage qui nous a surprit ce jour là;
   Après que le carillon de Munich ait tapé le dernier coup,
   Une pluie diluvienne s'est abattue sur nous ;
   Elle nous a presque noyé c'était terrible
   Avec streap tease dans le car, on a failli mourir de rire
   Il serait bien trop long de vous parler de la Bavière
   De ses châteaux dont celui de Sissi qui est célébre
   Et des caléches pour vous monter là haut
   Bref la ballade, la visite, c'était vraiment trés beau
  A Innsbruck pour se rendre aux mines d'argent et pour les visites
   A huit cents métres sous terre, faut prendre le train minier :
   Casque obligatoire, ciré imperméable, tous équipés
   Dans ce train fou, on a bien rigolé
   Après la soirée tyrolienne, le soir, la fête a continué
   Avec les musiciens, nos épouses sont allées danser...
   Aprés Innsbruck, passage à Vérone cité des célèbres amants
   Roméo et Juliette dont la statue dans la cour attend
   Elle vous tend ses seins que vous pouvez toucher
   Il parait qu'après, les femmes sont heureuses, les hommes peuvent bander
   Nous avons passés la dernière nuit à Milan
   Dans un hôtel de luxe nous avons pris le dîner et le logement
   Dans des chambres super, des lits pour des géants
   Des douches balnéo ou tu rentres au moins quatre dedans
   Nous avons repris la route et après le dernier repas 
   Nicolas nous a ramenés pour rentrer chez soi...
   Avec dans les yeux le souvenir d'un voyage beau et magnifique
   Des images irréelles, des sites à faire rêver et pour vous faire envie
   Une ambiance sympathique
   Après des poèsies, des chansons et des rires
   Au prochain voyage, inscrivez vous si vous voulez le vivre
   Auprès de Jacqueline, de Robeuimé vivre en rais art et de la Fenara
   Qui vous proposent ces voyages pleins d'ambiance et de joie
   
   CLAUDE

   Retour
   


   J'AURAIS AIME

   J'aurais aimé vivre en artiste
   En musicien, peut être en violoniste
   Pour composer, sur un air tendre et mélodieux
   Une chanson dont le titre serait "Tous mes voeux"
   Qui vous serait sûrement adressée
   Pour vous souhaiter une bonne et heureuse Année
   Le "DO" vous donnerait des jours de Bonheur,
   Le "RE" mettrait de la joie dans nos coeurs;
   Avec le "MI", c'est la gaité que vous allez trouver;
   Le "FA" c'est la tendresse que vous vivrez toute l'année
   Le "SOL" vous dirait que rien ne remplace l'Amitié
   Le "LA" confirmerait l'Amour que vous vivez
   Le "SI" chasserait loin de vous les soucis, les ennuis
   Pour qu'un soleil éclaire tous les jours de la vie.
   Le dernier "DO" vous dirait que l'espoir se nourrit de petits riens
   Qui procurent au coeur le plus grand bien.....
   A l'encre de mon coeur, j'ai écrit ce poême
   Pour adresser mes voeux à tous les gens que j'aime

   Claude

  Retour
  

        L'ARTHROSE

 Mignonne, allons voir si l'arthrose
 Qui ce matin tant m'ankilose
 Depuis qu'a sonné mon réveil
 Pour clore une nuit de sommeil
 Aura perdu de sa vigueur

 Las ! Voyez comme sont les choses,
 Il faudrait que je me repose.
 Mes maux, loin de se calmer
 Las, las, ne cessent d'empirer.
 Ô vraiment, marâtre nature
 Avec l'âge la douleur perdure !

 Donc, si vous m'en croyez, mignonne,
 Tandis que votre âge fleuronne
 En sa plus verte nouveauté
 Avant que ne ternisse votre beauté,
 Pour assouvir toutes envies
 Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie !

     Retour






      ETRE AGE OU ETRE VIEUX
( définition qui peut changer notre conception)

Etre âgé c'est différent qu'être vieux.

A la retraite certains deviennent simplement âgés; d'autres deviennent vieux
L'âgé pratique le sport, la découverte, les voyages; le vieux se repose.
L'âgé a de l'amour à donner; le vieux accumule les jalousies, les rancoeurs.
L'âgé fait des plans pour son futur; le vieux n'a que la nostalgie de son passé.
L'agenda de l'âgé comprend surtout des lendemains; celui du vieux, des hier.
L'âgé apprécie les jours à venir; le vieux souffre du peu de jours qui lui restent.
L'âgé fait des rêves en dormant; le vieux fait des cauchemars.


Il n'est pas question pour nous d'être vieux; nous pouvons être âgé, mais nous ne voulons pas être vieux; car nous avons tant d'amour à donner, tant de projets à réaliser, tant de choses à faire, que nous n'avons ni le droit ni le désir d'être vieux.

C'est ce que l'on souhaite à tous et à toutes pour ces années qui courent.
Le temps est comme une rivière, vous ne pouvez pas toucher deux fois la même eau parce que l'eau est passée et ne repasseras plus. Profitez de chaque moment de cette vie. Trouvez le temps de vivre.

Si vous vivez en racontant que vous êtes occupés, alors vous ne serez jamais libre.
Si vous dites tout le temps que vous n'avez pas le temps, vous ne l'aurez jamais.
Si vous laissez des choses pour demain, sachez que demain peut faire faux bond.

Carpe diem et soyez heureux. (carpe diem=cueille le jour présent sans te soucier du lendemain)
La vie se chante la vie se pleure.



Retour






LA CROISIERE EN RESUME.

C'est grace à notre président Robert Gontier
Que cette croisière fut organisée
Il fallut deux cars pour faire le transport
Depuis le tarn jusqu'à Marseille sur le port.

Le voyage s'est passé dans la bonne humeur
Sans bruit car nous sommes partis de bonne heure.
Après l'embarquement sur le zenith et puis partir
Nous avons pris possession des cabines avec plaisir
Des cabines très spacieuses avec un grand lit
Très propres, avec salle d'eau et vue sur la mer aussi
Des placards de rangement, tout le confort
A l'intérieur pas un micro onde....mais un coffre fort....
Sur le soir, nous avons quitté le port de Marseille
Pour naviguer, de nuit, pendant notre sommeil.
Le lendemain, après un copieux petit déjeuner,
C'est vers Florence que l'on s'est dirigé;
C'est à cause des fleurs que ce nom lui fut donné
Dans cette très belle ville, nous avons visité
Les monuments principaux avec sa cathédrale
Des statues d'époque sur la place principale
Dont celles de Miquel Ange et de Persée,
Et, avant de continuer vers Pise nous avons bien déjeuné.
L'après midi s'est terminée après avoir visité
La place des miracles, la tour penchée où Galilée
Réalisait ses expériences, puis, sur le bateau nous sommes rentrés,
Pour faire un bon repas et passer une bonne soirée;
Une soirée animée avec orchestre et pas de danse.
Ce fut le premier soir de vraies vacances.
Le lendemain, nous avons visité Rome et le Vatican.
Journée complète, un peu fatigués mais heureux et contents
D'avoir pu admirer la chapelle Sixtine et ses peintures
Avec tous ses tableaux plus vrais que nature;
Des tableaux que Miquel Ange a réalisés
Avec tout le talent qu'on lui connait.
La visite s'est continuée après le déjeuner, plus tard
Par un tour panoramique dans un autocar
Pour admirer les avenues de Rome et le Colisée
Le Palatin, le cirque Maxime et d'autres curiosités.
A la suite de quoi, sur le port on nous a dirigés
Pour embarquer sur le bateau après les formalités.
Le jour suivant, le mardi trois juin,
Nous nous sommes reposés tout le matin;
D'autres ont profité pour faire douze Km à pied
Autour du bateau lors d'une marche forcée.
Alos que nombreux se sont contentés d'un copieux petit déjeuner
Repas à la fourchette arrosé d'un bon vin terminé par un café.
L'après midi, c'est à Palerme que l'on a débarqué
C'est vers Montréal qu'on a continué,
Pour visiter la cathedrale du 12ème siècle
Avec tous ses tableaux, de mosaiques très belles.
Palerme auparavant nous a montré de très beaux sites
Ce fut pour nous tous une belle visite.
Au cours du repas du soir, sur le bateau,
Au dessert, fut servi un magnifique gateau
Pour fêter l'anniversaire de Louisette
La soirée se termina par une belle fête.
Il est vrai qu'un des notres ne se fit pas prier,
Pour monter sur scène et pour danser.
Après une bonne nuit de repos,
La matinée s'est déroulée sur le bateau
Avec un petit déjeuner toujours aussi copieux
Autour de la piscine en regardant les jeux
Que les animateurs organisaient
Dans une bonne ambiance et pour nous amuser
Après avoir assisté à l'accostage du bateau
L'après midi se consacra par un temps très beau
A la visite de Malte et de La Valette sa capitale
Où nous avons admiré, dans sa cathédrale
Les tableaux du peintre Caravage qui peignait directement
Ses personnages sans les dessiner auparavant.
Belle promenade dans cette ville défendue et préservée
Par les chevaliers de Malte qui l'avait fondée.
Elle acquit son indépendance en 1964
Pour entrer dans l'Europe en l'année 2004
Après notre retour au port et pour la soirée,
C'est en tenue blanche que l'on s'est habillés
Pour vivre après un repas toujours aussi raffiné
Une soirée très animée pour mettre un terme à cette journée.
Le lendemain, c'est en Tunisie et à Carthage
Que s'est continué notre pélerinage.
Ahmed, notre guide très sympa et tès amusant,
S'est présenté aussi chrétien que musulman
Ce qui n'enlève en rien à ses connaissances
Pour nous faire découvrir avec compétences
En nous parlant des sites archéologiques,
En nous montrant les deux ports puniques
Et pour nous promener dans les thermes romains
Qui datent de l'époque du tribun Antonin.
C'est à Sidi Bou Saïd qu'Ahmed nous a guidés
Pour continuer notre visite et la terminer.
Après avoir promené autour de maisons blanches et bleues
De ce village où nous fut réservé un accueil chaleureux
Puis ce fut le retour sur le bateau après avoir remercié
Notre guide pour ses compètences et ses qualités.
Le dernier jour de la croisiere s'est terminé
En mer, avec un bon repas bien mérité.
Après ces quelques jours de visite, un peu fatigués,
Nous avons pris le temps de décompresser...
Sur le Zenith, ce soir là il fallut s'habiller
Dans une tenue que l'on dit "de soirée".
Ce fut en effet la soirée du Commandant
Qui nous présenta son personnel et les participants
Tout son équipage qui compte trente nationalités
Ce fut une sympathique et agréable soirée.
Auparavant, Robert, notre Président nous avait réunis
Dans une grande salle, ce qui nous a permis
De le remercier pour avoir organisé
Cette belle croisière qui fut exemplaire et de qualité
Par la gentillesse et la tenue du personnel
La varièté des repas qui furent exceptionnels
L'ambiance de cette magnifique croisière
Qui fut vraiement je le redis formidable et exemplaire
Bref tout fut, à mon avis, plus que parfait
Nous sommes tous prêts à recommencer
Ce qui me fait dire que:
Si l'on se rappelle de la croisade des Albigeois
On se souviendra longtemps de la croisière de la FENARA.

Claude

Retour





SALUT L'ECOLOGISTE

Il faut choisir, être civilisé où être écologiste
On ne peut profiter du progrès,faut être réaliste
Sans se servir des moteurs qu'on dit à explosion
Et qui sont pour beaucoup cause de notre pollution
Réfléchis, chez toi, pour t'éclairer, tu as bien la lumière
Cette électricité fournie par une usine peut-être nucléaire

Pour voyager, n'as tu pas une automobile?
Pour la faire rouler, mets tu pas de l'essence, de l'huile
Qui produisent ce gaz dit de l'échappement
Oxyde de carbone l'appellent les savants
Alors, l'écologiste, plutôt qu'avec ton véhicule
Voyage donc avec un âne, un cheval une mule....
Pour ne pas empoisonner l'air que tu vis, que tu respires
Pour le respect de tes idées, tu devrais t'interdire
L'emploi de la télé, du rasoir électrique
Tu ne devrais te servir que d'engins mécaniques
Tu en veux aux chasseurs qui tuent les tourterelles
Tu sais elles sont un peu comme les sauterelles
Et dans un champ de blé ou bien de tournesol
Après qu'elles soient passées, ne reste que le sol
Tu es un acharné contre les corridas
Mais, sans les matadors, plus un taureau de combat
Car c'est bien grâce à eux que survit cette race
Et s'ils n'existaient pas, on ne trouverait plus trace
De ces fauves à corne qui vivent de nos jours
Alors que d'autres ont disparu et ceci pour toujours.
Toi qui te dis conservateur de l'humanité
Vas donc prêcher, défendre, préserver la santé
Des hommes et des enfants qu'on assassine en chine
Qu'on sacrifie en Angola, qu'on tue en Argentine
Plutôt que de t'attendrir sur le sort d'un perdreau, d'un lapin
Vas donc détruire l'herbe qui sert à faire tous ces "joints"
Vas donc tuer ces plantes qui produisent la drogue
Source de tous nos maux que l'on dit à la mode
N'hésite surtout pas à polluer du plus fort déherbant
L'ensemble des cultures, détruire ainsi les champs.
Alors là, tu seras devenu un très grand humaniste
Et moi je te serrerai la main disant "Salut l'écologiste".



Retour




JE VOUS LE DIS.....AVEC DES FLEURS.


A force de télévision,d'émissions, d'élections
Je me suis endormi, j'avais quelques raisons...
Et mon esprit, fatigué par tous vos discours et vos querelles
Est parti, pour réver, j'ai trouvé que la vie était belle
J'ai compris dans vos campagnes que la liberté
C'est courir dans la garrigue où dans les sentiers.
Le premier que j'ai pris il était à ma droite, décoré de fleurs bleues
Dans le sentier de gauche, des coquelicots, on ne voyait plus qu'eux
Le sentier du centre on ne le voyait plus, c'était un tapis blanc
Qui recouvrait l'endroit où l'on pouvait marcher, malheureusement.
Dans ma main droite, j'avais cueilli quelques jolies fleurs bleues
Dans ma main gauche, des coquelicots, des roses rouges à longues queues
Pour cueillir les fleurs blanches, celles du lys ou du muguet
J'avais les deux mains prises, j'étais très embarrassé
J'ai donc mis les roses rouges avec les bleuets
J'ai ramassé quelques fleurs blanches et j'ai fait un bouquet
Dans mon rève, avec des plantes et trois couleurs
J'ai réveillé des souvenirs qui dormaient dans mon coeur
Et votre politique et les lettres de vos formations
M'ont donné à penser à une certaine instruction
J'avais alors vingt ans, on me parlait de guerre
Avec trois lettres, on pouvait faire REP comme vous faites RPR
Le FN n'était pas né, il y avait le FLN ou l'OAS
Au lieu de PCF ou PSF on disait PC ou BCS
J'avais alors vingt ans, un drapeau dans mon coeur
En Algérie, j'étais parti au nom des trois couleurs
Et j'en suis revenu moi, j'ai eu de la chance
Que n'ont pas eu ces gamins qu'on dit "Morts pour la France"
Alors Messieurs, lorsque je vous entends vous quereller
Au nom de vos partis ou bien de vos idées
Brandir tous vos emblèmes, une fleur ou même deux outils
Vénérer un grand homme pour jeter dans l'oubli
Tous ceux qui sont tombés au nom de la Patrie
Qui ont payé de leur sang,qui ont donné leur vie
Combien j'aurais aimé, hommage à ces héros
Voir vos poignées de mains sous notre beau drapeau
Vous voir associer vos idées, travailler et mettre votre intelligence
Aux ordres d'un parti unique et merveilleux qu'on appellerait FRANCE




Retour










 

Afficher la suite de cette page



Créer un site
Créer un site